Ce qui m'énerve... (2)

CE QUI M'ENERVE, C'EST...



5 novembre 2010 : Vive 89 ! A bas la tyrannie !
... la visite en France de l'empereur de Chine.


4 novembre 2010 : Pour Barack Obama
... la Une du Libération de ce jour : LA RACLEE. On jurerait que ceux qui l'ont imaginé sont contents, de même que les journalistes de Radio-France ou de France-Télévision qui ont parlé de DEROUTE, de DECULOTTEE... De plus, ce n'est pas pertinent du point de vue informatif : la déroute, ç'aurait été 90 sièges de représentants perdus et le Sénat à 66 Républicains ! Bien entendu, Obama a lui-même employé l'expression équivalant à RACLEE : il en a parfaitement le droit, cela relève de sa tactique de communication. Cela ne donne pas le droit de le faire à un organe qui n'est rien par rapport à Obama...
Si DEROUTE il y a, c'est la déroute intellectuelle d'une bonne partie des habitants des Etats-Unis, qui retrouvent l'état d'esprit qui avait marqué quelques semaines de l'année 2003, mutatis mutandis : à l'époque, c'était "la France", le bouc émissaire, maintenant c'est "Obama" !



11 octobre 2010 : Bravo, l'ami Pascal !

... Pascal Lamy, qui affirme, entre autres, (JDD, 10/10/10, page 19) que : 
"La culture historique et géographique de la France est autocentrée et protectionniste plutôt que tournée vers l'extérieur. Les Allemands savent anticiper. Voyez-les dans les avions, les hommes d'affaires passent le vol à préparer leurs présentations.".
Tandis que les hommes d'affaires français se contentent d'étudier les préliminaires avec des petites pépées et que les Italiens s'empiffrent de spaghettis bolognaise !
Quel observateur, ce Pascal !
Ce qui est inquiétant, c'est la servilité avec laquelle ces socialistes se mettent au service de la classe dirigeante : mais c'est, bien sûr, pour le bien des plus démunis.


4 octobre 2010 : Ignoble, tout simplement ignoble...

... la publicité pour une complémentaire (qui se présente comme mutuelle, mais c'est aussi le cas d'AXA !) du nom de Thélem dont le slogan est :
POURQUOI PAYER COMME UN MALADE QUAND ON N'EST PAS MALADE ?

Je souhaite, à titre expérimental et sans la moindre acrimonie, que les responsables de cette campagne attrapent : le cancer du foie, le SIDA et la tuberculose, et qu'ils demandent alors à Thélem ce que Thélem peut faire pour eux.

Campagne d'affiches (région nantaise tout au moins) et site : http://www.thelem-assurances.fr/


27 septembre 2010 : Nous ne le saurons pas !


... c'est d'entendre M. Benjamin Stora, en général plutôt pertinent, dire, à propos du film "Des hommes et des dieux" :
"On peut ainsi se demander, en voyant la fin du film, ce que sont devenus les villageois que les religieux étaient censés, par leur présence, protéger des islamistes."

J'admets que cela puisse être une lacune, encore que cette protection ne soit pas essentielle dans l'argumentaire des moines, plutôt le souci de ne pas s'exonérer des souffrances des villageois. En revanche, je trouve amusant (et énervant) de ne pas plus le savoir au terme de l'entretien : Benjamin Stora ne nous dit pas ce qui est arrivé aux villageois, et le journaliste ne le demande pas !  Ceci à deux reprises : dans Libération (25 septembre, page 4, citation ci-dessus) et sur France-Culture (27 septembre, Journal de 7 heures).

P.S. : j'ai regardé dans Wikipédia, mais l'article "Assassinat des moines de Tibhirine" n'évoque pas non plus le sort des villageois. Désolé. Recherches à poursuivre.

 

21 septembre 2010 : Minc e, alors !

... c'est qu'Alain M.Inc. a de nouveau publié un livre.


8 septembre 2010 :

... d'apprendre que des chrétiens américains veulent brûler des Coran le 11 septembre et de voir une femme (je suppose) en burqa traverser la rue devant moi
 le 6 septembre (vers 16 heures 30, à Pornichet, Loire-Atlantique, précisément sur la route du littoral à Sainte-Marguerite ! Apparemment, elle - ou il ? - se dirigeait vers la plage).


7 septembre 2010 : FORMULE "CREUSE"

... d'entendre Brice Couturier dire, sans second degré (Le grain à moudre, 6 septembre) :
"Il n'y a pas de rapport direct entre la pauvreté et la délinquance et je vais vous fournir un exemple qui le prouve. Le département de la Creuse est bien plus pauvre que celui de la Seine-Saint-Denis, or le niveau de délinquance et de violence y est beaucoup moins élevé".
Trop fort, l'gâ Brice ! A n'en pas douter, c'est tout bonnement, comme je le lui ai signalé sans délai, que l'indigène de la Creuse en est encore au stade du bon sauvage.

 
2 septembre 2010

... d'apprendre que Bernard Kouchner "a failli démissionner".
A titre de commentaire, le passage qui lui est consacré dans ma chanson Le Paloma :

Sur l'air de La Marie-Joseph, par les Frères Jacques.

7) Et de surcroît, tu as eu Kouchner,
C'est beaucoup mieux et c'est à peine plus cher,
Comme tous ceux qui se croient indispensables
Et vont se retrouver le cul dans le sable !

Heureusement qu'il fera beau,
Que l'Elysée est un beau château. (bis).

Notes : la chanson, dans son intégralité (suivre le lien) , a été expédiée le 19 juin 2007 à divers médias francophones (RMC, TF1, Le Monde, Libération, La Lettre à Lulu, La Libre Belgique, etc.) ainsi qu'à l'UMP et au PS. "Tu" s'adresse au président de la République alors tout récemment élu, Nicolas Sarkozy.


22 août 2010 (Prends un trader et bourre lui sa PIF)

… de lire dans Libération (samedi 21 août, page 11, « Le défi, c’est de diminuer les dépenses de l’Etat, par Nathalie Raulin) l’interview du sieur Chaney, Eric, « chef économiste chez Axa », dans laquelle il se stigmatise tout simplement comme une crapule intellectuelle. Voyez comme il la joue populiste larmoyant quand il évoque le risque que « les épargnants ne leur prêtent plus » de pognon (aux Etats) ; et comment on le retrouve un peu plus loin brandissant la menace : « le réveil serait brutal si les marchés décidaient un jour de ne plus nous (c’est-à-dire le gouvernement français) faire crédit, ou de la faire à des taux prohibitifs ». Or quand le sieur Chaney parle des « marchés », il s’agit en réalité des officines de la pif, dont sa taule  est un représentant de première bourre, malgré des statuts soi-disant « mutualistes ». Sa déclaration la plus intéressante est celle-ci : « Je ne vois pas comment on (= nous, les Français : connotation : populisme larmoyant)  peut s’en sortir si l’Etat ne se désengage pas, à terme, de certains domaines, notamment des prestations sociales ». Désengagement de l’Etat qui permettrait à la bande à Chaney de « s’engager » (à terme) au service de tous les Français étiquetés solvables.
Est-il nécessaire d’être économiste, voire « chef économiste », pour parvenir à desformulations conceptuelles aussi dépourvues d’originalité. Une seule conclusion : prends ce trader et bourre lui sa pif.

Notes :
pif (la) : non pas le pif, noble organe de l’odorat, contre lequel je m’en voudrais de porter le moindre coup, mais la pif, la Prétendue Industrie Financière.
Le titre est évidemment démarqué de Paul Verlaine : « Prends l’éloquence et tords-lui son cou ».


4 août 2010 (OAS PTT GPRA)

… que Véronique Soulé (Libération, août 2010) écrive : les « inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux (les IA–IPR dans la novlangue de l’Education nationale) ».
Non, Véronique ! Ne vous prenez pas pour George Orwell ! il ne s’agit pas de « novlangue », mais tout simplement de « sigles », tout comme OAS, PTT, GPRA, SPQR et INRI.
Valesne ? Ego valeo.

Explication des sigles :

OAS : on a soif
PTT : paie ta tournée
GPRA : grand-père règlera l’addition
SPQR : senatus populusque romanus (le Sénat et le Peuple romains)
INRI : Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum (Jésus le Nazaréen roi des juifs, aussi transcrit : Jésus de Nazareth roi des juifs).


23 juillet 2010 (Formule définitive)

de lire sous la plume d'Emeric, lecteur de Télérama (n° 3158, 24-31 juillet, page 4) :
"A propos des "humoristes" Porte et Guillon : la grossièreté sert de béquille au manque de talent."

Ainsi Emeric nous informe-t-il, par une formulation qu'il veut assassine, qu'il a une opinion et qu'il la partage. Pas la moindre argumentation ! Méthode quelque peu fasciste, qu'il est étonnant de voir cautionnée par Télérama. Il me semble qu'Emeric donne dans une certaine vulgarité : ne serait-ce qu'en appelant des gens par leur seul nom patronymique pour manifester le mépris qu'il éprouve à leur égard.


20 juillet 2010 (Ways di hablar)
 

les intervenants médiatiques QUI DISENT : "la télévision est un medium vraiment remarquable" ou bien "à cette époque j'ai écrit plusieurs scenarii", MAIS QUI NE DIRONT JAMAIS "je suis allé consulter plusieurs media pour savoir si mon chénario allait avoir du succès".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :