Le journalisme à la française est un sport de combat

Publié le par JACQUES GOLIOT

Aller à l'accueil

Aller à la table des matières

 

 

 

Référence : Rue89, 3 novembre 2012 : Renée Greusard, « Le sport à l’école, école de l’humiliation ? »

 

Message envoyé le 4 novembre 2012

 

Bonjour.

Quel est l'intérêt de cette instruction exclusivement à charge ?

Quel est l'objectif des trois intervenants (la juge Greusard et les témoins Merle et Ollier) : condamner à mort l'enseignement de l'EPS ?

Quelle autre solution puisque tous les "profs" (pour la gouverne de la juge Greusard : en français, on écrit "professeur". Excusez-moi si je vous humilie grave en vous disant ça) d'EPS sont nuls (à l'exception de Fabien Ollier).

Humiliation supplémentaire, mon témoignage qui va à l'encontre du torrent : Personnellement je n'étais pas très fort en EPS, mais je n'en ai pas gardé un souvenir d'humiliation. Est-ce que je dois en avoir honte et subir volontairement un traitement psychique adapté ?

Cordialement.

Jacques Goliot

 

 

Post scripta

 

Ce type d’article relève de l’ « Education nationale-bashing ».

Rien de ce qui est écrit n’est faux, mais la perspective globale l’est parce qu’elle focalise l’attention sur un seul aspect de la question.

Renée Greusart rentre de but en blanc dans le sujet sans même fournir un certain nombre d’informations de base (horaires, types d’activité, formation des professeurs - alors que de tous les professeurs du secondaire, les professeurs d’EPS sont depuis plusieurs décennies les mieux, les seuls en fait, formés pédagogiquement) : tout le monde est supposé savoir de quoi il retourne. Sur quoi, elle met en avant le point de vue de spécialistes qui ont leur opinion et qui la partagent.

Les phénomènes d’humiliation existent certainement, mais je ne pense pas, vu mon expérience (la mienne et celle d’autres personnes, dont des élèves) qu’ils soient l’essence du vécu de la majorité des élèves. Je ne pense pas non plus que la première réaction des professeurs d’EPS soit de se marrer quand un élève rate un exercice.

 

La valeur de l'article de Renée Greusard est d'ailleurs attestée par son utilisation de sketchs d'humoristes : « Face à des sujets délicats, certains profs se comportent parfois comme Les Robins des bois dans ce sketch. ».

Remarquer le souci d'exactitude de cette formulation : « certains profs », « se comportent parfois ».

J'aimais bien le sketch des Inconnus où, en réponse à la requête de la professeur de musique (Didier Bourdon, il me semble) : « Kevin, indique-moi le la. », on voit un poignard se planter sur, effectivement, le « la » transcrit sur une portée au tableau. « Merci, Kevin. ».

Mais je n'aurais pas eu l'idée de l'utiliser comme preuve de ce qui se passe dans les ZEP.


Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

petites annonces sports de combat 16/01/2013 15:53

Permettez moi vous féliciter pour le choix du sujet de votre article, c'est intéressant et hyper instructif, j'aime bien et je vais le partager à mes amis des réseaux sociaux,courage et merci pour
l'article !!