De bons moyens de déshonorer les femmes

Publié le par JACQUES GOLIOT

 

Aller à l’accueil

Aller à la table des matières

 

 

 

 

La presse a fait grand cas récemment d’un scandale inouï : le fait que le Conseil d’administration de la Banque centrale européenne, qui comptait jusqu’ici une femme (si j’ai bien compris) allait n’en compter plus que zéro ; d’où, dans des journaux de gauche, des adjurations à François Hollande de mettre un veto à la nomination du Septième mâle, que j’appellerais plus volontiers le Septième sot.

 

On évoque aussi, toujours dans la presse de gauche, le scandale de « la sous-représentation des femmes dans les sociétés du CAC 40 ».

 

Ces revendications sont évidemment grotesques. La seule revendication raisonnable concernant tant le CAC 40 que la BCE est leur suppression et leur anéantissement (pas celui de leurs membres, qui seront envoyés à la retraite en demi-solde : ils gagneront encore 150 000 euros par an, c’est largement suffisant !!!).

 

La vox systemi essaie de faire croire que l’existence de ces institutions serait justifiée si la moitié de leurs membres étaient des femmes, la moitié des jeunes issus des cités, une autre moitié des handicapés et la dernière des SDF.

 

Absolument pas : il faut que tous les membres de ces nuisances soient des vieux, riches, machos, sortis de HEC, nés à Neuilly-Auteuil-Passy, incultes et fiers de l’être : bref, des zombies.

 

Il est parfaitement normal qu’aucune femme n’ait envie d’être un zombie. A moins de s’appeler Margaret Thatcher of Finchley à la poubelle (que Dieu ne l’accueille pas en son paradis !), Christine Lagarde est morte mais ne s'en rend pas compte ou  Angela Merkel mit der Eisenhand in einem Stahlhandschuh.

 

Les femmes doivent refuser de se déshonorer en devenant membres de ces institutions ! Les hommes aussi !

 

Laissons les zombies y mourir d’ennui !

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Publié dans Satire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article