A propos de propos ineptes d'Arnaud Dassier

Publié le par JACQUES GOLIOT

Aller à l’accueil

Aller à la table des matières

 

 

 

 

J’ai déjà évoqué, rapidement, cette personnalité politique dans La bêti$e à front$ d'entrepreneur$.

Arnaud Dassier, qui a fait partie de l’UMP, puis s’est rapproché de François Bayrou et serait devenu membre d’un improbable « Parti libéral-démocrate », signalait alors (vers la mi-octobre) qu’il existait encore en accordant son soutien à Mitt Romney, au nom de leurs communes valeurs libérales. 

 

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion de l’entendre lors de son passage dans l’émission de RMC, Les Grandes Gueules. C’était l’époque où Marc Zuckerberg a fait une apparition en France. La conversation roulait donc sur ce sujet.

Au bout d’un moment, un des animateurs, je ne me rappelle plus s’il s’agissait de Truchal ou de Marchaud, a posé une question qu’on sentait pensée : « La vraie question, en fin de compte, c’est : Pourquoi Marc Zuckerberg n’est-il pas français ? ». Question purement rhétorique : manifestement, Marchaud (ou Truchal) avait son opinion et il la partageait avec Arnaud Dassier (à vrai dire, dans Les Grandes Gueules, ils partagent toujours, plus ou moins, l’opinion de l’invité). Question bien entendu inepte, à laquelle Arnaud Dassier a donné la réponse attendue, et non moins inepte : « C’est parce que dans ce pays, aucun entrepreneur ne trouve des conditions favorables à l’épanouissement de sa vocation etc., etc. » (je cite de mémoire). 

Il ne semble pas être venu à l’esprit (?) ni de l’un, ni de l’autre, que Marc Zuckerberg n’est certes pas français, mais il n’est pas non plus : 

anglais 

allemand

italien

espagnol

portugais

hongrois

polonais

estonien

russe

sud-africain

néo-zélandais

australien

etc.

etc.

et j’en passe évidemment.

Marc Zuckerberg est américain (états-unien à proprement parler). Tout comme

Bill Gates

Steve Jobs

Jim Wales

etc.

etc.

 

Etonnant, non ?

Arnaud Dassier ne dirait certes pas que les entrepreneurs anglais souffrent d’oppression de la part de leur gouvernement ; pas plus que les entrepreneurs polonais, estoniens, néo-zélandais ou australiens (etc.).

 

C’est pourquoi la question était inepte, tout autant que la réponse.

Il est donc parfaitement compréhensible qu’Arnaud Dassier, sous couvert d’originalité et de refus de se soumettre aux diktats d’une opinion sclérosée, ait jugé utile de faire publiquement état de son inepte prise de position dans l’élection américaine.

Publié dans Personnalités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article